« J’aime la France, même si elle ne m’aime pas en retour »

Il est 13h, le temps nuageux de cette matinée a laissé place à un soleil illuminant la ville de Casablanca. A peine sortie de l’hôtel, je n’ai que l’embarras du choix : les taxis rouges inondent l’avenue Moulay Hassan I de l’ancienne médina. Mon choix se porte sur une vieille voiture des années 80 :

 «  Salam, le centre commercial. Choukrane ».

Je monte devant, je mets ma ceinture et immédiatement le chauffeur m’adresse un sourire moqueur. Est-ce à cause de mon accent français ou bien simplement car j’ai mis ma ceinture ? La réponse ne se fait pas attendre longtemps. Malgré mes efforts pour parler arabe, le chauffeur remarque que je ne suis pas d’ici : «  vous venez de France ? », me demande-t-il. Une question qui  marquera le début d’une longue conversation.

Sur la route du « marrocco mall », vers la corniche, le chauffeur n’hésite pas à me faire la conversation le temps du trajet. L’homme commence alors par se présenter «  moi c’est Abdel, Abdel Bouzid », me dit-il, le sourire aux lèvres. «  J’aime parler en français, j’aime ce pays car j’y ai passé de bons moments. » lance-t-il, sur un fond de musique raï.
Noire de monde, la route vers le centre commerciale est jonchée de voitures. Au cœur des embouteillages, le chauffeur garde son calme et en profite pour dégainer son portable, avant de me le tendre. J’y découvre un album photo sur son smartphone, sobrement intitulé « Paris <3. » En défilant les photos, Abdel prend le soin de les commenter une à une : « c’est moi et mon ami Jean-Marc près de la tour Effel », «  ça, c’est une photo que mon ex copine Marie avait prise », « celle-là, c’est au mariage de mon cousin. » L’œil brillant et désireux de me faire partager quelques anecdotes sur son séjour passé en France, Abdel Bouzid me raconte alors qu’il y a vécu un an. «  Je suis partie à Toulouse pour faire une formation de peintre d’avion. J’ai pu visiter ce pays et améliorer mon français. Ce pays m’a beaucoup appris. » 

A cœur ouvert, Abdel parle de la France comme s’il s’agissait d’un premier amour jamais oublié.  « J’aime la France, même si elle ne m’aime pas en retour… » A peine cette phrase prononcée, le sourire d’Abdel disparaît de son visage. Son air enjoué laisse place à un regard empreint de nostalgie que même une chanson de Cheb Mami ne parvient pas à atténuer... « Hamdoulilah, je n’ai pas à me plaindre. J’ai 24 ans, la vie devant moi et ce taxi me permet de mieux gagner ma vie que si j’étais peintre d’avion. »

Après sa formation, Abdel prévoyait de travailler en France et de s’installer avec sa copine, mais aucun visa ne lui a été accordé. Son titre de séjour arrivant à expiration, l’homme est revenu s’installer au Maroc pour travailler comme chauffeur taxi.

Au loin,  Abdel aperçoit ma destination finale. « Voilà, vous êtes arrivée au centre commercial Mademoiselle… surtout passez le salam à la France. »

Lisa Merioud

 

25 réflexions sur « « J’aime la France, même si elle ne m’aime pas en retour » »

  1. J’adore ! Très intéressant !

    Aimé par 2 personnes

  2. Cet article est top!

    Aimé par 2 personnes

  3. Nice ! Jo-Li plume

    Aimé par 2 personnes

  4. Très bel article !!

    Aimé par 2 personnes

  5. Très touchant cet article, bonne continuation à Abdel dans son magnifique pays ❤️

    Aimé par 2 personnes

  6. Très belle plume,article émouvant ❤️

    Aimé par 2 personnes

  7. C’est tres bien écrit, vous m’avez transporté avec vous….
    Bonne continuation

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci, contente que cet article t’ait plu !

      Aimé par 1 personne

  8. Je confirme belle plume ! Jai adoré

    Aimé par 2 personnes

  9. Les discussions de taxi, elles amènent toujours une histoire. Joli témoignage casaoui :))

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui, exactement ! Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

  10. Témoignage sympa. Bravo !

    Aimé par 2 personnes

  11. Très joli ❤
    Xo, Malvina
    PS / merci pour ton like sur mon article "Je teste : la Délit Box #mai2013"

    Aimé par 2 personnes

  12. J’ai apprécié la France mais elle ne m’a pas laissé le temps de transformer cette appréciation en amour… Merci pour la découverte

    Aimé par 2 personnes

  13. C’est limite littéraire , magnifique ! 👍🏽

    Aimé par 2 personnes

  14. Quel bel article… Je suis au contact de « Mineurs Isolés Étrangers » dans mon travail, et effectivement c’est très dur pour certains qui connaissent parfois la famine, la guerre et la dictature.. dur de découvrir ce pays pleins de libertés, mais qu’ils ne pourront pas tous rejoindre.. ils se battent énormément et proposent de travailler dans n’importe quel domaine, du moment qu’ils ne retournent pas dans leur pays. Et cerrains médias à côté de ça qui nous parlent de « personnes malhonnêtes » et j’en passe pour faire passer la pilule… ça fait mal au cœur.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close